Business Immo, le site de l'industrie immobilière
Paris Vision

Marché locatif des bureaux : Hurry Up, We're Dreaming

Publié le

Une étude produite par

Marché locatif des bureaux : Hurry Up, We're Dreaming

Fonçons, nous rêvons ! M83, groupe français électro allait connaître un succès planétaire en intitulant ainsi son premier double album. Un titre précurseur, qu’auraient pu s’approprier aujourd’hui acteurs et observateurs du marché de la location de bureaux afin de scander l’année 2017. Car oui, il y a eu de quoi rêver et se laisser planer sur les rythmes de ce marché, tant ses résultats en Île-de-France ont dépassé la plupart des espérances placées en lui.

Il y a dans ce titre un émerveillement. Et aussi comme une crainte, celle que tout cela ne puisse être durable et qu’il faille un jour se réveiller. C’est toute la question de la capacité du marché francilien à rester à la hauteur de sa performance. La configuration de 2018 ne relève pas de l’évidence. Pourtant il arrive que des réveils soient très doux et que des rêves durent.

2017 EN GRANDES LIGNES

• La demande placée en Île-de France a progressé de 5 % en 2017, pour approcher les 2,6 millions de m². Le marché francilien réalise ainsi sa meilleure performance en dix ans.
• C’est sur le segment des utilisateurs de surfaces comprises entre 5 000 et 20 000 m² que s’est construit ce succès : il progresse de 59 % en un an.
• Faute d’offre, l’année 2017 a été moins favorable que les précédentes à Paris intra-muros et à La Défense. En revanche, l’activité a gagné en vigueur
dans le Croissant Ouest et en Première Couronne.
• L’offre disponible continue de se contracter, pour s’établir à 6,1 % en Île-de-France au terme de l’année 2017. En outre, la part des surfaces de Grade A s’est encore réduite pour s’établir à 13 %.
• Pour la première fois depuis cinq ans, la valeur prime dans le QCA a repassé la barre des 800 € (à 810 € m²/an).
• Les perspectives 2018 s’annoncent favorables : l’activité transactionnelle devrait rester dynamique, et peut-être atteindre le niveau de 2017.
• Les loyers prime devraient continuer d’augmenter au premier semestre 2018, avant de se stabiliser progressivement à l’approche de la fin d’année.

Le marché locatif francilien au terme de l’année 2017 ? Avant toutes choses, des boucles. Ces boucles de sons envoûtantes et entêtantes, celles de l’activité transactionnelle, dignes des arrangements des meilleurs artistes électro. Des boucles vibrantes, débordantes de vigueur et d’endurance, témoignant de ce que les Anglo-Saxons appellent la « stamina ». Une stamina qui fait la réussite des meilleures soirées dans les clubs du monde entier. Elle a inspiré un album à Vitalic. Encore un « petit Français » qui s’est imposé en artiste phare de l’électro, courant musical marqué depuis ses débuts par une « French touch », de ses pères fondateurs que furent Pierre Schaeffer et Pierre Henry jusqu’aux stars contemporaines que sont les Daft Punk. Une « French touch » qui a également été une des marques de l’année 2017. C’est vrai sur la scène politique européenne et internationale. Cela semble se vérifier de plus en plus sur la scène économique. Et le marché locatif n’y a pas dérogé, avec une région parisienne solidement installée à la première place européenne.

Source : Knight Frank

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.