Compte du logement 2014 - Premiers résultats 2015

Publié le

Une étude produite par

En 2014, la croissance du produit intérieur brut (PIB) est en retrait par rapport à 2013 (+0,2 % après +0,7 %). Ce ralentissement est imputable à celui des dépenses de consommations qui progressent de + 0,7 % en volume en 2014, bien en-deçà de sa croissance de long terme. La dépense totale de logement, dont la croissance était restée supérieure à celle de l’ensemble des dépenses de consommation, suit la même trajectoire, elle décélère dès 2011. En 2014 la croissance des dépenses totales, courantes et en capital, en logement (en valeur) est inférieure à celle de la demande intérieure totale : + 0,3 % contre +0,9 %, si bien que la part des dépenses en logement dans le total des dépenses diminue pour la première fois depuis 2009.

La dépense totale en logement regroupe à la fois les dépenses courantes (loyers, charges, dépenses énergétiques…) et les dépenses en investissement (achat de logement neufs, travaux d’entretien-amélioration…), elle progresse de 0,3 % en 2014. Tout comme l’investissement total de l’économie, qui recule de – 1,2 % en 2014, la dépense de capital baisse de 3,9 %, notamment en raison du recul des achats de logements neufs. La dépense courante reste quant à elle orientée à la hausse, et progresse de + 1,9 % en 2014.

Source : Ministère de la transition écologique et solidaire

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème