Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Le marché des OPCI 2017

Publié le

Une étude produite par

Le marché des OPCI 2017

Avec 78,1 Mds€ d’actifs sous gestion à fin 2016, le marché des OPCI qui, rappelons-le a moins de 10 ans d’existence, connaît un véritable succès qui ne se dément pas au fil du temps. Indépendamment de la solidité de son cadre réglementaire, il s’inscrit aussi dans un contexte de taux bas qui a permis à l’immobilier d’apparaître auprès des investisseurs comme une classe d’actif à part entière.

Du côté des OPCI Grand public, leur capitalisation évolue à pas de géants (10,4 Mds€). L’offre de produits est de plus en plus étoffée, les réseaux de distribution de plus en plus nombreux. Leur adossement le plus souvent à des contrats d’assurance-vie constitue un atout majeur, clés de ce succès aujourd’hui. Les nouvelles règles fiscales contenues dans le projet de loi de finances pour 2018 pourraient favoriser davantage encore la collecte sur les OPCI, la fiscalité valeurs mobilières étant moins pénalisée que celle des revenus fonciers. L’émergence des OPCI souscrits directement sur des comptes titres, hors enveloppe assurance-vie, pourrait faire son apparition. L’actif immobilier des OPCI grand public est de plus en plus diversifié, d’une part en nombre, du fait de la collecte extraordinaire que ces fonds enregistrent depuis 5 ans et d’autre part par zone géographique. L’étranger représente désormais 45 % de la valeur vénale immobilière des OPCI Grand public. Les investissements se portent essentiellement sur des actifs « core » et « core + », à dominante bureaux et bien situés. Les actifs alternatifs (santé, hôtellerie, …) qui offrent des perspectives porteuses que ce soit en termes de rendement que de valorisation font toutefois de plus en plus leur entrée dans les portefeuilles. En dépit de la taille de la poche valeurs mobilières dont les espérances de rendement à moyen court terme sont moins intéressantes que celles qu’offre l’immobilier, la performance globale des OPCI sur 5 ans (4,8 %) est plus qu’attractive pour les épargnants.

Source : ASPIM

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.