Property Times

Marseille : recul général, sauf pour la logistique - 2T 2013

Publié le

Une étude produite par

Avec 15 400 m² de bureaux commercialisés au 2e trimestre, pour une demande placée totale de 23 200 m² sur l’ensemble du 1er semestre, le marché des bureaux marseillais voit son volume de commercialisation reculer de 43% d’une année sur l’autre. Les transactions d’envergure, nombreuses en 2012, ont fait défaut au 1er semestre 2013 avec seulement 3 signatures portant sur  des surfaces supérieures à 1 000 m²,  contre le triple un an plus tôt. Après s’être  résorbée en 2012, en raison notamment  d’un faible niveau de livraisons, l’offre  immédiate est repartie à la hausse au cours des six derniers mois, atteignant  107 600 m² disponibles fin juin 2013. Les livraisons resteront réduites en 2013  avec seulement 22 000 m² de bureaux neufs ou restructurés prévus sur  l’ensemble de l’année.
Les valeurs locatives des produits de qualité se sont  maintenues au cours des six derniers, à 270 €/m²/an pour le prime et 210  €/m²/an pour le loyer  moyen de première  main. Les valeurs locatives de  seconde main ont, en revanche, poursuivi la baisse amorcée en 2012, se  positionnant en moyenne à 144 €/m²/an au 1er semestre 2013.

Avec 106 800 m² de demande placée depuis le début de l’année, le marché  logistique  des  Bouches-du-Rhône a connu un 1er semestre nettement  meilleur qu’en 2012 (27000 m² commercialisés). L’activité s’est, une nouvelle fois,  concentrée sur les opérations neuves d’envergure, notamment via des compte - propres ou des clé-en-main locatifs. Le loyer prime est demeuré stable au cours des six derniers mois, à 41 €/m²/an. Avec 174 000 m² disponibles fin juin 2013, le stock d’offres immédiates s’est légèrement regarni sur le marché logistique des Bouches-du-Rhône (+7% en un an), en raison notamment de plusieurs  libérations.

Après une année 2012 déjà mitigée, le marché marseillais de l’investissement a entamé difficilement l’année 2013 avec seulement 99 millions d’euros  engagés au  1er semestre (-16% en un an). Les entrepôts, qui avaient connu une année  2012 atone, ont retrouvé leur attrait pour les investisseurs, notamment  étrangers. Grâce à deux transactions d’envergure, ils sont à l’origine de 80% des investissements réalisés sur la région marseillaise au 1er semestre 2013. Les taux de rendement prime sont demeurés globalement stables au 2ème trimestre. Le taux prime pour le commerce de centre-ville a toutefois subi une nouvelle correction ; il se positionne dorénavant à 5%.

Source : DTZ (Groupe UGL)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème