Point marché 2016 - Investissement en France

Publié le

Une étude produite par

Depuis un an, la France bénéficie, comme les autres pays européens, d’un prix du pétrole faible, entre 45 et 50 $ le baril et qui continue de baisser début 2016 ; d’un taux de change € / $ d’à peine 1,1 ; d’un coût du crédit historiquement bas grâce à une politique monétaire de Quantitative Easing ; et de politiques budgétaires moins restrictives. En ce sens, la décision de la BCE du 3 décembre 2015 de prolonger ses injections de 60 Md€ par mois jusqu’en mars 2017, les portant à 1 500 Md€ au total, continuera à stimuler l’économie européenne.

Pourtant, la croissance française patine et l’inflation ne remonte pas. L’année 2014 s’est achevée sur un PIB en hausse de 0,2 % seulement et les prévisions pour 2015 se situent à présent à 1,1 %. Ce niveau de croissance reste constamment inférieur à celui de la zone euro (0,9 % en 2014, puis 1,5 % attendu en 2015). Le retard d’investissement accumulé en France depuis la crise des subprime pèse sur la performance des différents agents économiques.

Malgré tout, l’année 2016 devrait être celle de la reprise, et la hausse du taux d’investissement des entreprises pourrait avoisiner 4 % selon l’OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Économiques). En effet, le coût du capital reste très attractif puisque les taux d’intérêt sont particulièrement bas (OAT 10 ans autour de 1 % et Euribor 3 mois négatif à -0,13 % fin décembre 2015), les marges des entreprises se sont redressées depuis mi-2014, notamment grâce au dispositif du CICE (Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi), et leurs perspectives d’activité s’améliorent. 

Source : Nexity Conseil et Transaction

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.