Market View

Des comptes-propres moteurs de la demande placée - 1S 2013

Publié le

Une étude produite par

Les manques de vision et de confiance ont été les caractéristiques du 1er semestre. La confiance des ménages a atteint en juin son plus bas niveau historique. Ils ont probablement acté que les effets de la crise mettront du temps à s’atténuer.
Le PIB, qui a diminué de - 0,2 % au 1er trimestre 2013 puis augmenté au 2ème (+ 0,5 %), devrait afficher une croissance quasi-nulle en 2013 (en moyenne annuelle). Les moteurs de la croissance restent en effet grippés. Les dépenses de consommation des ménages devraient être proches de la stabilité en 2013 (après - 0,4 % en 2012), l’investissement des entreprises non financières poursuivra son repli (- 2,4 % environ contre - 1,9 % l’année précédente) et les exportations croîtront mais à un rythme plus modéré qu’en 2012. L’inflation devrait être assez faible en 2013, + 0,9 %.
Si le retour d’une croissance supérieure à 1 % n’est pas d’actualité avant au moins 2015, le 1er semestre a livré quelques signes positifs à court terme. En fin de semestre, les indices PMI des services et de l’industrie, tout en restant détériorés, se sont par exemple améliorés et indiquaient un ralentissement de la baisse d’activité. D’autre part, et même s’il ne faut en tirer aucune conclusion, le PIB a crû de + 0,5 % contre + 0,2 % prévus au 2ème trimestre.

Source : CBRE

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème