Property Times

Paris : QCA OK, Paris Nord-Est KO - 1T 2014

Publié le

Une étude produite par

Avec 193 200 m² de demande placée au 1er trimestre 2014, le marché des bureaux parisiens enregistre une hausse d’activité de 25% en un an, en ligne avec un marché francilien en progression de 19% sur la même période.

Ce tableau d’ensemble cache des évolutions contradictoires entre, d’un côté, un marché de Paris Centre Ouest (QCA inclus) qui établit son meilleur démarrage depuis 2007 avec 143 900 m² placés en un trimestre – soit quasiment un volume doublé en un an – et, de l’autre côté, les secteurs de Paris Nord-Est et Paris Sud qui enregistrent l’un de leur pire début d’exercice avec respectivement 11 800 m² et 37 500 m² placés.

La transaction la plus importante du trimestre est à mettre à l’actif de COVEA qui s’est engagé sur « le Tivoli » (22 200 m²) dans le quartier de St-Lazare. Il s’agit de la transaction la plus importante enregistrée dans le QCA depuis 2006. Les autres secteurs ont souffert de l’absence de transactions d’envergure, leur moteur d’activité traditionnel.

Le stock d’offre immédiate s’est légèrement regarni avec 797 000 m² disponibles sur l’ensemble de la capitale fin mars 2014, soit une progression de 7% en un an. Le taux de vacance (4,8%) reste néanmoins parmi les plus faibles à l’échelle des grandes capitales européennes. La plupart des secteurs doivent faire face à une pénurie d’offre de première main et/ou de grand gabarit.

En réponse, les projets spéculatifs, absents du marché parisien pendant la crise, font leur retour sur l’ensemble de la capitale. Ainsi, sur les 340 000 m² de bureaux aujourd’hui en chantier à Paris, 153 700 m² sont encore disponibles.

Les valeurs locatives restent stables dans l’ensemble, entre 600 et 650 €/m²/an pour des surfaces de première main dans le QCA et 340 €/m²/an pour des surfaces de seconde main dans les arrondissements du nord-est.

Source : DTZ (Groupe UGL)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème