DTZ Insight

Grandes transactions : Annus horribilis - Bilan 2013

Publié le

Une étude produite par

Dans un marché tertiaire orienté à la baisse en Ile-de-France (-25% pour le volume placé en 2013), le segment des transactions sur des surfaces supérieures à 5 000 m² termine l’année 2013 sur l’une des pires performances des 10 dernières années avec seulement 53 transactions pour un total de 656 000 m². Les grands mouvements d’entreprises n’ont représenté que 36% de la demande placée de bureaux, contre 49% en 2012. Le recul du nombre de transactions, combiné à la baisse de la surface moyenne des mouvements (12 400 m² en 2013 contre 16 400 m² en 2012) explique cette contre-performance. Aucune transaction supérieure à 50 000 m² n’a été enregistrée en 2013 en Ile-de-France.

Dans ce contexte de volume de transactions en baisse, le Croissant Ouest signe son grand retour en tête du classement avec 262 000 m² de bureaux commercialisés en 2013 et détrône la Première Couronne. Paris se positionne en deuxième place grâce à la bonne résistance de Paris QCA et Centre Ouest, alors que les mouvements ont été peu nombreux sur les arrondissements du Sud et du Nord-Est de la Capitale.

Grande constante du segment des bureaux de grande taille, les entreprises ont majoritairement (77%) arrêté leur choix sur des immeubles de première main (neufs ou restructurés) : 507 000 m² sur les 656 000 m² traités en 2013. Elles auront aussi privilégié les immeubles tertiaires en cours de construction ou à construire. Le taux de pré-commercialisation atteint ainsi un niveau record de 82%.

Source : DTZ (Groupe UGL)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème