Orientations & stratégie

Le brut s'enfonce, les marchés broient du noir...

Publié le

Une étude produite par

Quel démarrage ! Même si 2016 s’annonçait difficile, nous avions rarement subi de telles conditions de marchés à l’amorce d’une année nouvelle…

Le prix du baril connait un nouvel accès de fébrilité (près de 25 % de baisse entre point haut et point bas mensuel !) et termine le mois en repli de 6 %, tiré vers le bas par la perspective d’un surcroit d’offre en provenance d’Iran et des craintes persistantes sur la dynamique économique chinoise. L’histoire 2015 nous a en outre appris que la manne que constitue ce "dividende pétrole" pour les agents économiques des pays développés ne dope que faiblement leur propension à consommer ou dépenser, au profit de leur taux d’épargne. Et même si un pétrole bas est à horizon moyen terme un facteur positif pour la croissance des pays consommateurs, le marché se focalise à court terme sur les risques induits par ce krach pétrolier, notamment le risque spécifique des dettes obligataires spéculatives du secteur énergie, la déstabilisation des balances courantes des grands pays exportateurs, l’extrême fragilité voire l’éventuel défaut des plus petits, et le stress bancaire corollaire.

Source : La Française AM

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : La Française AM