Property Times

Marseille : léger mieux - 1T 2014

Publié le

Une étude produite par

Le marché marseillais entame l’année 2014 sur une note plus positive qu’en 2013 avec 12 200 m² de bureaux commercialisés au 1er trimestre 2014, un chiffre en hausse de 49% en un an. Ce résultat demeure cependant légèrement inférieur aux performances traditionnellement observées sur le marché marseillais pour un 1er trimestre.

Les grands mouvements, absents en 2013, ne font encore attendre sur le marché marseillais en ce début d’année avec seulement 2 transactions de surfaces supérieures à 1 000 m² pour un total inférieur à 3 000 m² enregistrées au cours du trimestre.

Le loyer prime, stable depuis fin 2012, s’établit à 270 €/m²/an. Suite au déplacement des transactions sur des secteurs moins valorisés tels que le secteur Sud et, plus récemment, la Vallée de L’Huveaune, la valeur moyenne de 1ère main a subi une nette correction (-29% depuis fin 2012) pour se positionner à 150 €/m²/an. Le loyer de seconde main est, à l’inverse, orienté à la hausse (+5% en trois mois), à 156 €/m²/an. Les valeurs varient dans une amplitude large selon les secteurs et l’état des locaux, autour de 130 €/m²/an en moyenne sur les secteurs Nord Littoral et Est, et jusqu’à 208 €/m²/an sur Euroméditerranée Centre-Ville.

Orienté à la hausse en 2013, le stock de bureaux immédiatement disponible à Marseille s’est de nouveau résorbé au cours des trois derniers mois (-4%). Il représentait ainsi, fin mars 2014, 119 300 m². Les 2/3 de ces offres portent sur des surfaces supérieures à 1 000 m². Les secteurs Euroméditerranée et Sud concentrent à eux deux plus des 2/3 des disponibilités à l’échelle de l’agglomération, avec respectivement 48 000 et 31 000 m² de bureaux immédiatement disponibles.

Après une année 2013 marquée par un très faible volume de livraisons, le niveau de livraisons demeurera limité en 2014, avec seulement 30 900 m² projetés, dont 13 900 m² encore disponibles. Les livraisons de bureaux devraient être plus conséquentes en 2015. On attend près de 48 300 m² de bureaux, disponibles à la commercialisation en quasi totalité.

Source : DTZ (Groupe UGL)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème